• Spleen

    Paroles : André Coucharière       Musique : Michel Pierozzi

    Spleen

    La ville s'endort
    Et le ciel se voile
    Il fait froid dehors
    L'hiver se dévoile
    Le vent fait craquer
    Quelques peupliers
    Près de ma maison
    C'est la morte saison

    J'attends nostalgique
    La venue magique
    Du son de tes pas
    J'entends dans l'allée
    Aux pavés gelés
    Leurs bruits cadencés
    Déjà dans tes bras
    Je m'ouvre aux baisers
    Si incandescents
    Qu'ils brûlent mon sang

    Je faisais partie
    De la liturgie
    De nos amours fous
    J'ai parfois envie
    Quelle que soit ta vie
    Que tu penses à nous

    La ville s'endort
    Et l'ombre a tissé
    Le souvenir mort
    D'une vie passée
    Le ciel se déchire
    Selon mes délires
    La magie d'antan
    Est flaque de sang

    Le vent a usé
    Les pavés crevés
    De l'heure va surgir
    De vieux souvenirs
    Je m’y abandonne
    Je n'y trouve plus
    Qu'un rêve monotone
    D'un amant déchu
    Qui s'emprisonne
    En quête d'absolu

    J'ai dû faire partie
    De la liturgie
    De nos amours fous.
    J'ai parfois envie
    Quelle que soit ta vie
    Que tu penses à nous


  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Avril 2016 à 18:20

    Très beau texte .........félicitations à André.......c'est banal de dire très beau texte et ça m'agace ça fait un peu commentaire posé à la va vite, par politesse mais je ne sais comment exprimer ce que je ressens....comment dire que j'aurais aimé être pour quelqu'un la femme à laquelle il s'adresse ......c'est tellement délicat !!!  et égoïste aussi !!! car y a quand même une souffrance derrière cette nostalgie...... bref c'est BO  voilà !!!

    Quand à ta voix elle est vraiment très belle et j'espère qu'on te le dit souvent !!!

    Merci à vous deux !!!  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :