• Partir

    Paroles : Marceau Piana       Musique : Michel Pierozzi         Avec la voix de Fati

    Partir

    Prendre le train et dire adieu à sa jeunesse
    Jeter la clé du coffret de ses souvenirs
    Sans un regret fermer les yeux sur les promesses
    Et les espoirs d’un insaisissable avenir

    Et puis partir
    Et puis partir

    Tout effacer jusqu’aux témoins de ses victoires
    Tout pardonner même ce qui ne compte pas
    Tirer un trait sur ses moindres rêves de gloire
    Sans s’accrocher à ce qui ne résiste pas

    Et puis partir
    Et puis partir

    Chercher plus loin pour oublier un jour peut-être
    Qu’on aime en vain depuis bien trop longtemps déjà
    Brûler sa vie en la faisant soudain renaître
    Apercevoir d’autres saisons entre ses doigts

    Et puis partir
    Et puis partir

    Tarir sa peur en contemplant un ciel d’orage
    Et réapprendre à se coucher près d’un ruisseau
    Calmer sa faim quelques instants ou davantage
    Courir le vent comme la voile d’un bateau

    Et puis partir
    Enfin partir
    Ou bien mourir


  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Avril 2016 à 14:21

    waouh !!! très touchant !!! texte qui me laisse un peu perplexe dans le sens ou on peut l’interpréter de différentes manières......je reviendrai l'écouter ......là j'y suis trop sensible .....mais ceci dit bravo à l'auteur et à toi même !!!

    2
    Samedi 6 Mai à 19:58

    Je l'ai déjà écouté et n'y avais pas prêté attention. Là, je me suis arrêté et j'ai pris le temps de m'attarder sur ce texte qui reflète une fuite en avant sans se retourner, en laissant ses bagages spirituels sur le bas côté de son chemin sans rien regretter de ce parcourt qui doit se terminer. il nous faut partir : partir en prenant, tout simplement conscience qu'il faut un jour ou l'autre... mourir.

    Très beau texte ! Très belle musique et ta voix fait le reste. Bravo à  Marceau pour ce texte et bravo à toi Pierre-Michel pour l'émotion que tu dispenses à ceux qui écoutent ,tout simplement, en interprétant la peur que l'on a ,un jour, de disparaître purement et simplement, parce que la mort fait partie de la vie.

    Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :