• Ma ville

    Paroles & musique : Michel Pierozzi

    Ma ville

    Des cheminées pour horizon
    Des toits sombres sur les maisons
    Et sur les murs
    Quelques blessures

    Cette agitation des faubourgs
    Des gens partout des gens toujours
    Au fond des rues
    Des voix perdues

    Dans cette ville où je suis né
    Où mon enfance s’est figée
    J’ai laissé mes pas s’égarer

    Quand le soir allume les tours
    Que la nuit efface le jour
    De la pénombre
    Sortent les ombres

    La pluie glisse sur les trottoirs
    Les néons dansent au hasard
    Sur les vitrines
    Qui s’illuminent

    Dans cette ville où je suis né
    Où mon enfance s’est figée
    J’ai laissé mes yeux s’égarer

    Dans cet univers inconnu
    Bien souvent je t’ai reconnue
    Mais ton visage
    N’est qu’une image

    Dans cette citadelle immense
    J’aurai peut-être un jour la chance
    De te croiser
    De te toucher

    Dans cette ville où je suis né
    Où mon enfance s’est figée
    J’ai laissé mon coeur s’égarer


  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Mai 2016 à 21:13
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :