• Faux mirages

    Paroles : Marceau Piana       Musique : Michel Pierozzi

    Faux mirages

    La chemise sur le crâne il progresse à pas hésitants
    Pas un cactus pas une piste pas la moindre flaque d’eau
    Dans ce désert impitoyable il craint les sables mouvants
    Le soleil inexorable qui lui incendie le dos.


    Quand soudain
    Juste au-dessus de l’horizon
    Subtile et tremblante vision
    Une palmeraie enfin
    Mais lui qui pense être halluciné
    Fait demi-tour et trébuche épuisé.


    Il s’agenouille et déjà sa langue est près de l’étouffer
    Autour de lui s’étend l’ombre d’un vol patient de rapaces
    Comme quelqu’un qui s’affaisse et qui cherche à se redresser
    Vainement il s’agrippe aux côtes tendues d’une carcasse.


    Quand soudain
    Presque au-dessous de l’horizon
    Dansante réverbération
    Une caravane enfin
    Mais lui qui pense être halluciné
    Ferme les yeux s’écroule inanimé.


    Depuis que la nuit a surgi le gel lui fige le sang
    Qui suintait pendant le jour des crevasses de sa peau
    De n’ avoir pas cru aux mirages un homme est mort bêtement
    Entre une proche oasis et des bédouins sur leurs chameaux.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 14 Août 2016 à 19:05

    Beau texte, belle mélodie....  j'aime !!!  Merci pour cet excellent partage ....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :