• Les enfants-démiurges

    Paroles : Marceau Piana       Musique : Michel Pierozzi

    Les enfants-démiurges

    Ils ont déserté la ville
    Tous ensemble à pas feutrés
    Servis par la tiédeur tranquille
    D'une nuit d'été
    Insomnieux à ma fenêtre
    Je les ai vus passer
    J'aurais dû m'alarmer peut-être
    Pourtant je n'ai pas bougé

    Les angéliques têtes blondes
    Ont rejoint les chemins buissonniers
    Tous les innocents à la ronde
    Ont décidé de se révolter

    L'autorité citadine
    Au seuil de la matinée
    En rangs serrés dans les collines
    Fut mobilisée
    Les adultes solidaires
    Et les chiens policiers
    Ont interrogé ciel et terre
    Mais ils n'ont rien retrouvé

    Les ténébreuses têtes brunes
    Ont choisi l'unique vérité
    Les affranchis de l'infortune
    Ont eu raison de se mutiner

    Tous les soupçons coïncident
    On prétend qu'ils ont fondé
    Une souterraine Atlantide
    Pour y prospérer
    Je les soutiens sans partage
    De s'être émancipés
    Moi l'indolent qui à leur âge
    Ne l'aurais jamais osé

    Les lumineuses têtes rousses
    Légataires de la liberté
    Sont accourues à la rescousse
    De leurs cadets restés prisonniers

    Les angéliques têtes blondes
    Les ténébreuses têtes brunes
    Les lumineuses têtes rousses
    Tous nos enfants nous ont échappé


  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Avril à 17:54

    Paroles très vraies quand au texte. Ton interprétation et la musique l'accompagne joliment. Une belle réussite !

    Ghislaine.

    2
    Mardi 11 Avril à 09:27

    Un texte émouvant  sur une mélodie adaptée ....Encore une réussite ....Bonne journée Michel....

    Betty...Une fan

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :