• La truie

    Paroles : Marceau Piana        Musique : Michel Pierozzi 

    La truie

    J’avais la chevelure blonde
    La taille souple et les yeux gris
    Je ne connaissais rien du monde
    Quand on m’a donné un mari

    Je fus heureuse quelques jours
    Comblée une poignée de nuits
    Et puis j’ai guetté son retour
    Tant d’années ont passé depuis

    Première femme du sultan
    Sa confidente et son amie
    Je viens de fêter mes trente ans
    Mais suis bien trop vieille pour lui

    Ce n’est pas que ça me dérange
    Je suis lasse et docile aussi
    Désabusée je bois je mange
    Et suis plus grasse qu’une truie

     J’ai pourtant été la plus belle
    Des pucelles de mon pays
    Mais ne ressemble plus à celles
    Qui ont les honneurs de son lit

    Il a déjà dix-huit épouses
    La dernière est plutôt jolie
    Je n’ai jamais été jalouse
    À cela rien n’aurait servi

    Je règne sur tout le harem
    J’initie les autres à l’amour
    Les apprête comme il les aime
    Mon héro m'en sait gré toujours

    Je m’endors auprès d’un eunuque
    Me pelotonne contre lui
    Et c’est son souffle sur ma nuque
    Qui me maintient encore en vie

    Et c’est son souffle sur ma nuque
    Qui me maintient encore en vie


  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Juin à 10:34

    Je ne peux pas donner mon opinion  sur ce texte qui me révolte : Ces choses me mettent hors de moi ! Je serait dans beaucoup trop acerbe  dans ce que j'aurais à dire quand aux conditions de la femme dans ces pays là. Je suis féministe.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :