• Jean

    Paroles : André Coucharière       Musique : Michel Pierozzi           à Jean Ferrat

    Jean

     

    Ce samedi 13 mars
    À Aubenas
    Un homme blessé
    A quitté la terre
    Les vents l'ont emporté
    Vers un autre univers
    La faucheuse se pavane
    Quand d'Antagues-sur-Volane
    Un cri de détresse
    Couvre la France et l'Ardèche
    Le soir vient de tomber
    Et l'on entend trembler
    Comme une supplique
    Ces terres volcaniques
    De forêts et de montagnes
    Des chiens accompagnent
    Revenant de leurs champs
    Quelques paysans
    Dont les têtes courbées
    Dissimulent leurs pleurs
    Cette mort annoncée
    Les habille de douleur
    Ils pleurent comme des enfants
    Le départ de Jean

    Je suis sans paroles
    Pour te dire adieu.
    Ta vie serait parabole
    Si j'étais un dieu

    Sa voix était profonde
    Comme sont les gorges
    Des terres de son pays
    Elle chantait avec force
    Telle une liturgie
    Le futur d'un monde
    Un monde d'utopie
    Il avait cette voix qui gronde
    Quand il était révolté
    Criant comme un écorché
    Sur tout ce qui est immonde
    Mais elle était aussi féconde
    De poèmes qui ne cessent
    De nous parler de tendresse
    De ses moments d'errance
    Des racines de son enfance
    Elle nous disait sa passion
    Pour Louis Aragon
    Et aussi son combat
    Pour Garcia Lorca
    Elle venait toucher l'âme
    Quand il parlait de la femme
    Et chantait avec raison
    Qu'elle est notre horizon

    Je suis sans paroles
    Pour te dire adieu.
    Ta vie serait parabole
    Si j'étais un dieu.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :