• Épilogue

    Paroles : Marceau Piana       Musique : Michel Pierozzi

    Epilogue

    Tu m'as réduit en servitude
    Et je ne sais pas m'affranchir
    Mais j'ai acquis la certitude
    Que tu n'es pas loin de faiblir

    Convaincue que tu es sincère
    Tu régentes ma vie privée
    Moi je voudrais pouvoir me faire
    À ton sommeil à poings fermés

    Je sens très bien
    Que c'est la déroute
    La débandade la défaite
    Maussade lendemain de fête
    L'affrontement que l'on redoute
    La débâcle avant le dédain


    Tu qualifies de monotones
    Ma constance et mon désarroi
    Si je m'insurge tu t'étonnes
    Je suis trop nébuleux pour toi

    Je sens très bien
    Que c'est la déroute
    La débandade la défaite
    Sinistre lendemain de fête
    La décision que l'on redoute
    La débâcle j'en suis certain


    Pour te devenir nécessaire
    J'alimente complaisamment
    Ton instinct de propriétaire
    Désormais c'est insuffisant

    Je sens très bien
    Que c'est la déroute
    La débandade la défaite
    Lugubre lendemain de fête
    L'isolement que l'on redoute
    La débâcle... bref... c'est la fin


  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Mai à 20:50

    Ça sonne vrai !!! mais c'est triste quand même !!!  

    Ceci dit, j'aime bien quand même, 

    Bise et à bientôt

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :